Vous êtes ici : AccueilNon catégorisé

20
Jui
Chez SAMSIC, la CGT fait son entrée

cgt entrepriseLe 1er juin se sont déroulées les élections chez SAMSIC. Pour la première fois, la CGT s'implante dans cette entreprise d'intérim avec 7 élus au Comité d'entreprise et 8 élus comme délégués du personnel dont une salariée cadre.

Cet événement, les salariés l'attendaient depuis longtemps.

Un excellent résultat très encourageant. Les salariés intérimaires et la salariée cadre d'agence fraîchement élus seront un formidable point d’appui pour défendre vos acquis et conquérir de nouveaux droits. Salaires, conditions de travail, embauches, qualification, respect : la CGT continuera d’être de tous les combats !

16
Jui
CRIT INTÉRIM condamnée pour escroquerie

crit escroquerieLa société CRIT INTERIM vient d’être condamnée à 300 000 euros d’amende par la Courd’Appel de Paris pour escroquerie et travail dissimulé, outre des dommages et intérêts et frais de défense à l’URSSAF, Pôle Emploi, la CGT et la CFTC.

La Cour dispose que : « L'emploi de manœuvres frauduleuses est établi dès lors que la société a utilisé un logiciel incluant des codes occultes permettant d'éditer des bulletins de salaire non conformes à la réglementation du travail»

Entre 2003 et 2005, elle avait en effet mis en place un logiciel lui permettant de supprimer le paiement des indemnités de fin de mission et des indemnités compensatrices de congés payés à des dizaines de milliers d’intérimaires (près de 50 000 missions concernées).

Depuis des années, la CGT Crit et la CGT Intérim demandaient réparation de ce préjudice et s’étaient portées parties civiles.

Les victimes étaient en majorité des salariés jeunes, des saisonniers, des salariés immigrés, parmi les plus fragiles.
Le montant total du préjudice a été estimé par l’enquête à plusde 1 million d’euros.
Par cette victoire, la CGT fait une nouvelle fois la preuve de son efficacité dans l’intérêt de tou-te-s les salarié-e-s.

JUGEMENT À TÉLÉCHARGER ICI 

4
Mai
PAS UNE SEULE VOIX POUR LE PEN

couverture 31Les résultats du premier tour des élections présidentielles françaises confirment les risques pour la démocratie, les droits des salariés et des citoyens.

Ils sont les résultats des politiques libérales, des lois régressives, des remises en cause des droits, comme des renoncements des gouvernements successifs à œuvrer véritablement pour la justice sociale et la réponse aux besoins sociaux et environnementaux. Pour autant, depuis des mois, de nombreux salariés et citoyens contestent ces choix, s’opposent aux mauvais coups, tels la loi travail et la loi Macron et se mobilisent avec leurs organisations syndicales, notamment la CGT.

Pour la deuxième fois dans le pays, sous la Vème République, une candidature d’extrême droite, représentée par le front national, sera présente au second tour des élections présidentielles. C’est un danger pour la démocratie, la cohésion sociale et le monde du travail. Les gouvernements, qui depuis 2002 se sont succédés sans jamais répondre aux aspirations légitimes à plus de justice sociale, sans ouvrir de perspectives d’avenir meilleur, en portent une lourde responsabilité !

La CGT ne se résoudra jamais à accepter un tel scénario. Elle affirme que les salariés doivent, plus nombreux et plus fort, exprimer leurs attentes et leurs exigences revendicatives, faire grandir des mobilisations convergentes capables d’imposer un rapport de force pour gagner de nouveaux droits. Seul le progrès social favorise les solidarités, participe à combattre l’exclusion, les stigmatisations, les mises en concurrence.

L’utilisation des peurs, du terrorisme, les amalgames éhontés entendus lors de la campagne, la xénophobie, le racisme, le sexisme et l’homophobie, la préférence nationale ne résoudront pas les inégalités, le chômage et les bas salaires.
La CGT les combat et les combattra sans relâche ! Elle n’aura de cesse de faire barrage à l’extrême droite ! Pas une voix ne doit se porter sur sa candidate !

L’autoritarisme des gouvernements successifs, les engagements non tenus ou les reniements, le renoncement à une Europe sociale, les dénis de démocratie, l’utilisation à répétition du 49.3 et les politiques menées ont cultivé la désespérance et le fatalisme d’une partie de la population. Cela est renforcé par la casse de l’industrie et des services publics, la montée du chômage et de la précarité, l’abandon des zones rurales et périurbaines.

La CGT ne croit pas en l’Homme providentiel et c’est la raison pour laquelle, elle revendique une véritable démocratie et de véritables droits d’expression et d’intervention dans toutes les entreprises et les services. Elle propose des alternatives sociales comme, par exemple, l’augmentation des salaires, des pensions et minima sociaux, les 32 heures pour travailler toutes et tous, travailler mieux et moins.

La CGT appelle l’ensemble des salariés et des organisations syndicales à faire du 1er mai une journée de mobilisation, de lutte et d’expression revendicative exceptionnelle, une journée de rassemblement pour les droits des travailleurs, le progrès social, la liberté, l’égalité, la justice, la fraternité, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

27
Avr
La Mèche n°33

Revendicative et rebelle, la CGT de l'Intérim CGT vous présente le dernier numéro de son journal « La Mèche ».
Il se veut un lien de solidarité. Ce journal est le vôtre, à vous de le faire vivre, en nous remontant toute l'actualité sur vos luttes et actions dans l'intérim. La résistance et la contre-attaque se nourrit par la circulation de l'information rebelle. A vous de la faire grandir !

26
Avr
La CGT Intérim en congrès

25.04.17 congrescgtinterimDu 25 au 27 avril 2017, la CGT de l’Intérim tient son 4ème Congrès à Montreuil.

Une soixantaine de délégués ont fait le bilan de l'activité syndicale des dernières années et débattent actuellement sur la situation sociale et les défis qu'il faudra relever dans les prochains mois et années.

La mise en oeuvre des orientations et les axes revendicatifs ainsi que les moyens pour y parvenir, seront de la responsabilité de la nouvelle commission exécutive qui sera issue de ce Congrès. Celle-ci sera composée de salariés intérimaires et permanents de différentes sociétés d'intérim.

Etant donné les enjeux immédiats au lendemain de l’élection présidentielle, c’est dès maintenant que nous devons mettre les bouchées doubles et renforcer la mobilisation pour faire entendre les revendications des salariés intérimaires et permanents qui triment dans les entreprises utilisatrices, les agences ou au chômage.

Les salariés intérimaires et permanents ont besoin d'une organisation CGT présente, forte et combative pour les défendre face aux nouvelles attaques qui se préparent.

6
Avr
Elections chez SAMSIC INTERIM

elections samsic 2017 1La CGT sur la ligne de départ  !

Le 16 mai, les salariés intérimaires et permanents de SAMSIC INTERIM, vont élire leurs représentants au Comité d'entreprise et leurs délégués du personnel.

L'appel à candidature est donc lancée pour le 1er tour.

Les salariés intérimaires ayant travaillé 910 heures de mission sur les 18 derniers mois chez SAMSIC peuvent se porter candidats sur les listes de la CGT. Il en est de même pour les salariés ayant un contrat en "CDI Intérimaire", d'ancienneté égale, périodes d'intermission inclues.

Les salarié-es permanents en CDI ayant un an d'ancienneté également.

Dépêchez-vous ! Vous avez le droit de vous porter candidat au CE et aux DP pour construire une CGT forte dans l'entreprise, pouvoir gérer les activités du CE et défendre vos collègues en cas de non respect de leurs droits.

Prenez contact sans tarder au 01 55 82 89 80

Une CGT solidaire et combative est la meilleure garantie pour vous défendre et conquérir de nouveaux droits !

 Les salariés qui totalisent 455 heures sur les 12 derniers mois peuvent voter (6 mois pour celles et ceux qui sont en CDI-Intérimaire, CDD ou CDI classique).

9
Avr
Victoire à Rungis !

20170409 RungisVictoire de la lutte des intérimaires sans-papiers à Rungis après 22 jours d'occupation et d'actions !

Soutenus par la CGT Intérim, l'Union locale CGT de Rungis et l'Union départementale CGT du Val-de-Marne, les 128 travailleurs intérimaires sans-papiers ont gagné. La préfecture procède à la régularisation. Ils ne seront plus obligés d'aller au travail la peur au ventre de risque de ce faire expulser du pays !

 

Les sociétés d'intérim concernées ont établi les Cerfas qui enclenchent l'obtention du titre de séjour. 

Ces derniers jours, il a fallu tout de même rappeler à Derichebourg intérim et à Triangle intérim leurs obligations par l'action.

Bravo et merci à tous ! Merci pour eux et merci à tous nos soutiens pour cette victoire commune que nous dedions à toutes celles et ceux qui luttent !

23
Mar
Philippe Martinez, solidaire des travailleurs sans papiers de Rungis

rungis martinezPhilippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a tenu, hier soir, a apporté le soutien de toute la CGT aux 128 travailleurs sans papiers de Rungis, en grève pour obtenir leur régularisation.

Après avoir été accueilli avec enthousiasme par les grévistes et les nombreux militants qui partagent leur lutte, Philippe Martinez a réaffirmé toute sa solidarité aux 128 de Rungis et l'engagement total de la CGT auprès des travailleurs migrants, avec ou sans papiers, saluant la détermination des grévistes.

La visite de Philippe Martinez venait clôturer le septième jour de l'occupation du bâtiment administratif du marché de Rungis (MIN). Peu avant, une réunion quadripartite s'était tenue avec la CGT, la sous-préfète de l'Hay-Les-Roses en charge du dossier, la direction de la SEMARRIS (gestionnaire du MIN de Rungis) et les employeurs dont bon nombre sont des entreprises d'intérim.
Philippe Jaloustre, de l'UD-CGT 94 a pu, au terme de cette réunion, annoncé aux grévistes que les discussions avançaient positivement, la moitié des promesses d'embauche étaient faites, quelques employeurs trainant encore des pieds pour assumer leurs responsabilités, mais qu'il y avait de la bonne volonté de la part des autorités et de la SEMARRIS. Rendez-vous est pris pour une nouvelle réunion vendredi midi. L'occupation et la grève se poursuivent donc à Rungis.

17
Mar
Intérimaires sans papiers en grève au marché de Rungis

rungis tsp ph105 travailleurs sans papiers grévistes, intérimaires pour la plupart en mission sur le marché de Rungis (MIN), occupent depuis jeudi 16 mars le bâtiment administratif du plus grand marché européen, avec de nombreux militants de la CGT.

Travaillant comme manutentionnaires, dans le nettoyage ou dans la restauration, depuis plusieurs années, ils sont déclarés, payent leur cotisations et leurs impôts, mais n'ont aucun droit. Ils demandent leur régularisation.

Le directeur de cabinet du Préfet du Val de Marne et le directeur général de la Semmaris (la société gestionnaire du MIN), ont rencontré sur place, à deux reprises, les représentants de la CGT. Les discussions se poursuivaient aujourd'hui.

rungis tspRésolus à être régularisés rapidement, les 105 de Rugis ont décidé de ne lever le piquet de grève qu'avec la délivrance d'un récipissé de la préfecture ouvrant à la remise d'une carte de séjour leur permettant de vivre et de travailler en toute quiétude.

19
Fév
« URGENT ! INTÉRIMAIRES EN DANGER » : LA LUTTE PAYE ET LA CAMPAGNE MARQUE DES POINTS

echafaudLa santé et la sécurité au travail des salariés intérimaires sont, depuis plusieurs années, les priorités principales de l’USI-CGT.

Au printemps 2015, les nombreuses actions des militants de la CGT de l’Intérim avaient obligé le patronat de la branche du travail temporaire à rouvrir cette négociation, au point mort depuis plusieurs années. Mais nous étions encore loin des améliorations exigées, tant en termes de formation à la sécurité qu‘en prise de conscience des réparations obligatoires et essentielles pour les salariés victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles.

Dénoncer le scandale de la souffrance au travail dans l’intérim

L’USI-CGT a débuté en septembre 2016 une campagne d’information et de communication – « URGENT ! INTÉRIMAIRES EN DANGER » - destinée à alerter l’opinion publique sur la dégradation des conditions de travail subies par les salariés intérimaires et les drames que vivent des milliers de familles chaque année. Car les chiffres, accablants et désespérément stables, parlent d’eux mêmes : plus de 60 morts et 40 000 accidents du travail chaque année.

La presse nationale et régionale, après la conférence de presse du 8 novembre 2016, s’est fait l’écho de ce scandale sanitaire qui impacte la vie de milliers de travailleurs. Les actions des militants de tous les syndicats et sections syndicales de la CGT de l’Intérim, avec le soutien total des syndicats CGT des entreprises utilisatrices, se sont multipliées sur le terrain : Occupation d’agences d’intérim, distributions à 30 000 exemplaires d’un numéro spécial du journal de l’USI-CGT- La Mèche- dans les entreprises utilisatrices, les rues, campagne d’affichage à l’intérieur et sur les murs des usines. Au bout de longs mois, la mobilisation et les actions successives portent leurs fruits.

Des avancées importantes

Le 24 février se tenait la quatrième réunion de 2017 de la négociation pour la Santé et la Sécurité au Travail, la trentième réunion au moins depuis le début de la négociation !

Le Prisme, le patronat de la branche du travail temporaire, a fini par céder et doit soumettre à la signature un projet finalisé dans les prochaines semaines. La délégation CGT espère pouvoir donner un avis favorable pour une signature CGT sur la version finale. Ce projet bien sûr est loin d’être complet et parfait, mais il y a 5 avancées importantes :

1 - Le référentiel de compétences qui doit être la règle des salariés permanents pour déléguer en sécurité les salariés Intérimaires.

2 - Le principe d’une médecine du travail de branche, étude de faisabilité confiée à la Commission Paritaire.

3 - Le principe de formation à la sécurité en fonction des métiers et non strictement en lien avec la mission, expérimentation pilotée par la Commission Paritaire.

4 - La reconnaissance des AT/MP (accident du travail/maladies professionnelles) et du principe d’un parcours de reclassement passant par une visite de reprise.

5 - La reconnaissance que le CHSCT des ETT doit s’occuper des salariés intérimaires.

La CGT de l’Intérim restera vigilante sur l’écriture des points 3, 4, 5, qui doit être finalisée rapidement.

La CGT va continuer ce combat pour la santé et la sécurité des salariés Intérimaires, les salariés intérimaires ne doivent pas perdre leur vie au travail.

drapeaux cgt 01drapeaux cgt 02drapeaux cgt 03drapeaux cgt 04drapeaux cgt 05drapeaux cgt 06drapeaux cgt 07drapeaux cgt 08drapeaux cgt 09

bandeau LM 2

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

BANDEAU ELECTIONS

 

amiante 7 4176626

je veuxdusoleil

lm HS novembre 2019

journee rouge douai

 

livret SI 2017

 

 

BLOC MARQUE INTERIMAIRES SANTE WEB

Interimaires Sante SIACI SAINT HONORE

livre esclavage

guide face police

Real time web analytics, Heat map tracking

Total: 149