Vous êtes ici : AccueilNon catégorisé

2
Mai
Le 3 mai çà continue !

Manifestation 1er mai 2016Depuis près de deux mois maintenant, salariés, jeunes, privés d’emploi, retraités répondent à l’appel des organisations syndicales et de jeunesse pour exiger le retrait du projet de loi travail, préalable à l’ouverture d’une toute autre politique pour le progrès social.

Il faut un code du travail du 21eme siècle sécurisant l’ensemble du monde du travail, offrant aux jeunes de ce pays un avenir autre que la précarité généralisée.

Les manifestations et les grèves se poursuivent malgré la période de vacances ; la mobilisation est désormais ancrée dans le pays.

 

Elle s’étend à l’ensemble des secteurs professionnels qui tous partagent bien aujourd’hui l’universalité des régressions sociales en préparation particulièrement à travers le projet de loi portée par la ministre du travail.

La mobilisation unitaire des cheminots porte le refus d’une convention collective du ferroviaire, porteuse de nivellement par le bas des garanties collectives de tous les salariés du secteur. Cela illustre ce qui attend toutes les professions si le projet de loi Travail allait à son terme.

Les 500 000 manifestants partout en France réaffirment qu’ils sont bien convaincus que le gouvernement doit entendre la rue et retirer son projet de loi.

Après les manifestations massives du dimanche 1er mai, jour international de lutte des travailleu-euses, de nouvelles initiatives, mobilisations, prise de parole publiques, interpellations des députés auront lieu le mardi 3 mai, jour d’ouverture du débat à l’Assemblée nationale.

Des assemblées générales s’organisent dans de très nombreuses entreprises et services, nous invitons tous les salariés à y participer pour décider des suites de la mobilisation. Nous pouvons gagner.

La lutte paie !

Les intermittents en sont exemple avec les premières victoires engrangées avec l’accord sur les règles d’assurance chômage négocié cette nuit, le Medef doit maintenant le signer, le gouvernement l’accepter.

30
Mar
LE 31 MARS, TOUS DANS LA RUE !

31 marsLe gouvernement est fragilisé par le succès de la mobilisation du 9 mars avec 500 000 manifestants dans la rue. Avec un mouvement ouissant des travailleurs et de la jeunesse dans la rue et dans la grève, on peut les faire reculer et gagner sur nos revendications.

Mettons toutes nos forces pour réussir la grève du 31 mars ! Salariés intérimaires, salariés permanents des agences et sièges des sociétés d'intérim, ne cédons pas au fatalisme, défendons nos revendications et exigeons le retrait de ce projet. La peur n’évite pas le danger. Courber l’échine n’a jamais évité les coups ! Il faut se mobiliser plus que jamais, demain il sera trop tard !

Les salariés n’ont d’autre solution que le rapport de force, la grève interprofessionnelle pour bloquer cette offensive. Rappelons-nous : en 2006, la mobilisation des jeunes et des salariés avec leurs syndicats, avait obligé le gouvernement DE VILLEPIN à retirer le CPE.

De nombreux appels à la grève sont d’ores et déjà annoncés dans les entreprises et les services publics partout en France.
La CGT de l’intérim appelle les salariés intérimaires en mission, au chômage ou en retraite, ainsi que les salariés des agences, sièges et autres services administratifs, à participer à cette journée d’action et à se joindre massivement aux manifestations.
A PARIS, l’USI-CGT vous donne rendez-vous à partir de 12 h30, Place d’Italie, pour défiler jusqu’à Nation.

28
Mar
Chez SUPPLAY, la CGT talonne de près !

supplay electionsLe 1er tour des élections professionnelles au Comité d'entreprise et Délégués du personnel vient d'avoir lieu chez SUPPLAY.

 

La CGT arrive juste derrière l'UNSA avec 41,7% des voix.

 

Comité d'entreprise

UNSA 43,4%

CGT 41,7%

CFDT 14,9%

Délégués du personnel

UNSA 50,6%

CGT 49,4%

Le quorum n'ayant pas été atteint, un second tour aura lieu le 25 mai.

Sachez que le syndicat UNSA est composé en grande majorité de salariés administratifs et commerciaux des agences SUPPLAY qui sont proches de la Direction. L'objectif de l'UNSA est connu: empêcher les intérimaires et surtout la CGT de pouvoir gérer les activités sociales du CE et ainsi continuer à se partager le gâteau entre salariés permanents.

Salariés intérimaires et employé-es permanents de SUPPLAY, si vous défendez des valeurs de solidarité et de progrès social, si vous vous battez contre l'arbitraire et l'injustice, portez-vous candidat avec la CGT au second tour !

Si vous avez 910 heures d'ancienneté au cours des 18 derniers mois précédant le 11/11/2015 et vous avez été en mission entre le 2/11 et le 11/11/2015, vous avez jusqu'au 8 avril pour vous portez candidat et renforcer l'équipe CGT. Plus il y aura de candidats CGT, plus vous aurez la possibilité d'accéder à des droits !

Ne laissez pas passer cette opportunité !

Pour les employé-es d'agence/siège, pour être éligible, vous devez justifier un an d'ancienneté dans l'entreprise.

Tout salarié intérimaire, tout employé-e d’agence élu sur les listes bénéficie de la protection du mandat.
Pour les salariés intérimaires, le Code du travail prévoit l’attribution prioritaire de missions.
Pour les employés-es d’agence/siège, la protection contre le licenciement.

Il est temps de défendre vos droits avec un syndicat qui est proche des salariés.

Contactez l'USI-CGT au 06 13 47 00 77 ou au 01 55 82 89 80

16
Mar
Complémentaire santé, tout de suite et pour tous !

Face aux nombreux problèmes que rencontrent les salariés intérimaires pour s’affilier effectivement à la complémentaire santé obligatoire et pour faire valoir leurs droits, une délégation des syndicats CGT des principales entreprises de travail temporaire s’est rendue dans les locaux du gestionnaire de la mutuelle pour obtenir des explications et porter les revendications des salariés.

 

complementaire action1En marge de la manifestation parisienne contre le projet de la loi travail El Khomri, la délégation composée d’une quinzaine de membres des syndicats CGT est allée dans les locaux de SIACI Saint Honoré, le gestionnaire de la complémentaire santé, pour exiger que tout soit mis en œuvre pour que tous les salariés intérimaires qui doivent bénéficier de cette nouvelle mutuelle, depuis le 1er janvier 2016, reçoivent leur carte de tiers-payant dans les plus brefs délais et puissent faire valoir leurs droits.

Ils sont plus de 600 000 dans ce cas et seules 50 000 cartes sont potentiellement délivrées aujourd’hui.


complementaire action3La délégation a été rapidement reçue par les responsables de SIACI, chargés du développement et de la gestion de la complémentaire « INTÉRIMAIRES SANTÉ ». La délégation a pu expliquer toutes les problématiques que rencontrent les salariés intérimaires et qui sont transmises aux délégués CGT de l’intérim. Notamment, la validité de trois mois de la carte, imposée unilatéralement par les assureurs. Cette période trop courte est inacceptable et contraire à la notion de portabilité inscrite dans l’accord signé, qui peut aller jusqu’à sept mois pour les salariés en intermission et indemnisables par Pôle Emploi.

Autre problème, le grand nombre de contrats de mission de courte durée, à la journée ou à la semaine. Les intérimaires, une fois qu’ils auront reçu leur carte ils devront la renvoyer à la mutuelle tous les 3 mois pour en obtenir une nouvelle, source de nouveaux retards et tracasseries diverses tel que l’avancement de frais de santé à la pharmacie. Totalisant les 414 heures de mission sur douze mois, les intérimaires doivent pouvoir bénéficier de la couverture santé de base tout au long de l’année. C’est une exigence de la CGT.

La CGT de l'intérim et tous les militants des syndicats CGT des entreprises de travail temporaire sont et resteront mobilisés pour que la complémentaire santé obligatoire joue pleinement son rôle pour le bien-être et la santé des salariés intérimaires et de leurs familles.

 

complementaire action2Avec votre appui, la CGT est dans l’action pour construire et améliorer tous ensemble, notre régime de complémentaire santé !

22
Jan
NOUS SOMMES TOUS DES GOODYEAR

2016 goodyearPour la première fois depuis un demi-siècle, un gouvernement a demandé que soit requis des peines de prison ferme contre des syndicalistes pour avoir participé avec les salariés à des actions en vue d’empêcher la fermeture de leur usine.

En même temps qu’ils préparent la suppression dans quelques mois de plus 1 000 articles du Code du travail, Hollande, Valls et Macron ont décidé de déclencher une répression sans précédent des syndicalistes qui luttent dans les entreprises.

Avec les huit condamnés de GOODYEAR l’exécutif veut faire un exemple.

Le gouvernement affiche sa volonté de mettre les Procureurs et les forces de polices aux services des grands groupes pour briser toute résistance à la destruction des emplois et de l’industrie.

Evidemment, les militants de terrain en général et ceux de la CGT en particulier sont les plus touchés.

C’est pourquoi nous en appelons à l’ensemble des citoyens, des salariés, aux militants, aux syndicats d’entreprises, unions locales, départementales, régionales, fédérations ou simples salariés solidaires, pour qu’ensemble nous fassions la démonstration de notre force.

Nous pouvons être des millions à faire reculer Hollande, Valls et Macron en commençant par leur imposer l’arrêt des poursuites contre les huit de GOODYEAR et en organisant le plus grand rassemblement solidaire en prévision de l’appel.

Signez la pétition

11
Jan
Nous sommes de retour !

jeune megaphoneAprès deux mois de silence suite à deux cyber-attaques contre notre site internet, nous sommes de retour.

Des hackers ont tenté à plusieurs reprises de corrompre la connexion à notre site. Depuis, l’info n’a pu être actualisée ce qui ne nous a pas empêché de rester toujours visibles.

Ces attaques n'ont pas réussi à fragiliser la force de résistance de l’Union Syndicale de l’Intérim CGT et sa volonté de poursuivre son combat pour informer les salariés.

Aujourd’hui, nous reprenons donc nos activités pour vous informer de l’actualité des luttes et des avancées sociales qui s’ouvrent pour cette année 2016 tout en vous souhaitant nos meilleurs vœux de combativité, santé et intelligence collective pour faire gagner le camp de la paix et du progrès social.

5
Jui
Santé et sécurité au travail, reprise des négociations

accidente-laboralSuite aux actions menées par l'Union Syndicale de l'Intérim CGT, les négociations avec le patronat de la branche, sur la santé et la sécurité au travail reprend, après de longs mois d'interruption.

Durant les mois de mars et avril, l'USI-CGT avait organisé avec succès plusieurs occupations d'agences sur Paris, Saint-Nazaire et Marseille, avec comme objectif la relance de la négociation.

Suite à ces actions, le PRISM'EMPLOI, patronat de l'intérim, qui avait cantonné, depuis le début, la négociation aux seuls personnels permanents, salariés administratifs et commerciaux du travail temporaire, accepte finalement d'aborder le volet « salariés intérimaires ».

Le reclassement des intérimaires suite à un accident du travail, l'accès à la médecine du travail dans de meilleures conditions, la prévention des risques, figurent parmi les points qui seront abordés.
Pour ce qui est du volet « salariés permanents », embourbé dans les points «Qualité de la vie au travail » et « Risques Psychosociaux », les discussions vont également reprendre.

Statistiquement, un intérimaire a deux fois plus de risque d'avoir un accident du travail par rapport à un poste occupé en CDI. Avec un taux de gravité qui s'avère deux fois plus élevé. En 2013, ce sont près de 35 000 accidents du travail dans la branche du travail temporaire, 67 décès.

Ces négociations sont donc une étape pour continuer à revendiquer la mise en place d'actions de prévention en matière de santé et de sécurité au travail (formation, fourniture de protections individuelles gratuites, visites de poste préalable au placement d'un salarié intérim...), d'autant que les grandes enseignes fournisseuses de travailleurs temporaires ont perçu des aides publiques comme toute entreprise, par milliards qui partent tous en profits à l'actionnaire . La négociation, enlisée depuis plus de deux ans par la faute du patronat, est donc réouverte par l'action de la CGT !

6
Juil
Andrés, LIBERTE !

bodalo satDans l’Europe du 21ème siècle, lutter pour l’amélioration des conditions de vie des travailleurs agricoles est un crime passible de prison.

Lors de la Fête de l’Huma de 2012, l’USI-CGT avait eu le plaisir d’accueillir dans son stand, le syndicaliste espagnol Andrés Bódalo.

Le 30 mars 2016, la police espagnole conduisait Andrés Bódalo, conseiller municipal à Jaén et syndicaliste du SAT (Syndicat Andalou des Travailleurs), à la prison provinciale de Jaén.

Condamné à 3 ans et demi de prison parce qu’il aurait agressé un élu socialiste de la commune de Jódar lors d’une manifestation de journaliers agricoles en 2012, Andrés Bódalo a toujours plaidé son innocence. Alors que les vidéos de la Garde Civile témoignent en faveur du condamné, la peine disproportionnée à laquelle est condamné Andrés Bodalo n’est qu’une manifestation de plus de la très forte répression dont souffre le SAT depuis plusieurs années visant à faire taire ceux qui, dans un contexte de crise économique et sociale exacerbée, osent contester un modèle agricole latifundiste qui prive de l’accès à la terre des millions d’andalous et les maintient dans la précarité la plus totale.

Dans une région où 40% de la population totale et 65% des moins de 25 ans souffre du chômage, la persistance historique d’un modèle agricole où moins de 5% de propriétaire possèdent plus de 50% des terres est une aberration économique et sociale.

C’est pourquoi, nous soutenons le combat de ceux qui luttent pour une répartition plus équitable de la terre et qui voient dans la mise en place d’une agriculture durable un secteur d’avenir pour la survie économique de leur territoire.
Vous trouverez ci-dessous le manifeste pour la remise de peine d’Andrès Bodalo en français.

 

Nous vous invitons à appuyer la libération d’Andrés Bódalo en signant la pétition sur la page web suivante : http://www.indultobodalo.info/
« MANIFESTE EN SOUTIEN A LA DEMANDE DE GRÂCE DU SYNDICALISTE ANDRES BODALO
Andrés Bódalo Pastrana est un syndicaliste qui lutte depuis plus de 30 ans pour la défense des droits des travailleurs et travailleuses, plus précisément de ceux des journaliers et journalières d’Andalousie, collectif auquel il appartient. Il a toujours défendu la dignité des travailleurs, en luttant pour l’amélioration des conditions de travail et pour l’application des Conventions Collectives. Élu conseiller à la mairie de Jaén lors des dernières élections municipales, Andrés Bódalo est un représentant publique élu par les urnes qui jouit d’un soutien populaire.
En 2012, lors d’un rassemblement de journaliers agricoles en face de la mairie de Jódar (province de Jaén), eut lieu une brève confrontation avec les élus locaux alors en exercice. Alors qu’Andrès ne cessait d’essayer d’apaiser les esprits lors de cette altercation, c’est pour des faits ayant eut lieu dans ce contexte qu’il est aujourd’hui condamné à 3 ans et 6 mois de prison pour atteinte à l’autorité.
La sentence est hautement disproportionnée, et la présente demande de grâce est notre ultime tentative pour éviter son emprisonnement et l’accomplissement de la peine. L’entrée en prison d’Andrès Bódalo n’est pas seulement une perte sociale et syndicale. Son emprisonnement va également plonger sa famille de 6 personnes - parmi lesquelles un fils de 12 ans et une petite-fille de 6 ans souffrant d’une maladie chronique - dans une situation économique très difficile ; Andrés étant la seule source de revenus pour cette famille qui, comme nombre de familles andalouses, souffre de l’absence de travail. Ainsi, c’est pour corriger cette peine disproportionnée que nous demandons au Conseil des Ministres du Gouvernement d’Espagne de lui concéder sa grâce.
En raison de tout ce qui précède, nous, les signataires, manifestons notre soutien et demandons qu’ Andrès Bodalo soit gracié, totalement ou partiellement, pour éviter l’application de sa peine de prison. »

17
Aoû
Abonnez-vous gratuitement à La Mèche

abonnez vous

Si vous souhaitez recevoir systématiquement votre journal par messagerie électronique (plus rapide et moins couteux qu'en envoi postal!) merci de nous le faire savoir en nous adressant un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

28
Aoû
La CGT INTERIM à la Fête de l'Huma

 2019 fte huma

Le 13, 14 et 15 septembre 2019, la CGT INTERIM tiendra un stand au Forum Social dans l'enceinte de la Fête de l'Huma à la Courneuve.

Si vous êtes dans les parages, n'hésitez pas à faire un tour. Les militant.e.s CGT de plusieurs sociétés d'intérim seront heureux de vous acueillir.

drapeaux cgt 01drapeaux cgt 02drapeaux cgt 03drapeaux cgt 04drapeaux cgt 05drapeaux cgt 06drapeaux cgt 07drapeaux cgt 08drapeaux cgt 09

bandeau LM 2

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

BANDEAU ELECTIONS

 

amiante 7 4176626

je veuxdusoleil

lm HS novembre 2019

journee rouge douai

 

livret SI 2017

 

 

BLOC MARQUE INTERIMAIRES SANTE WEB

Interimaires Sante SIACI SAINT HONORE

livre esclavage

guide face police

Real time web analytics, Heat map tracking

Total: 149