MANPOWER AU DESSUS DE LA LOI

20180703montpellierDepuis 9 heures, une vingtaine d’élus de la CGT de MANPOWER occupent l’agence, sise 54 av Clémenceau à Montpellier. Ils sont soutenus par l’Union Départementale CGT de l’Hérault.

Depuis les dernières élections, quelques salariés élus rencontrent de la part de certaines agences, une discrimination à l'embauche.

Non contents des excellents résultats remportés par la CGT lors des élections dans cette entreprise, plaçant le syndicat bien loin devant ses autres concurrents, la Direction et quelques agences tentent d’entraver l’exercice des mandats de quelques élus.
Ni la CGT Manpower France ni la CGT Intérim ne peuvent en aucun cas accepter cette situation.

Depuis des années, l’exercice des mandats des représentants du personnel semblait se stabiliser dans l’intérim. Contrairement au reste des entreprises de travail temporaire où l’obligation d’attribuer des missions aux nouveaux élus est généralement respectée, les heures de délégation, de réunion et les frais de déplacement, payées, chez MANPOWER il en est autrement.
L’agence de Montpellier s’est illustrée par une pratique délibérée et cynique du chantage à l’emploi. Ce n’est pas aux agences et à la Direction de décider la façon dont doivent être exercés les mandats représentatifs.

Cette situation a assez duré ! Les salarié-e-s ont décidé de dire BASTA !

20180703montpellier 2La CGT MANPOWER et la CGT Intérim exigent :

• L’arrêt du chantage à la mission
• L’arrêt des provocations, remarques et intimidations lors des prises des heures de délégation
• Le paiement des heures de réunion et des frais de déplacement
• La tenue systématique des entretiens de prise de mandat pour tout nouvel élu, tel que c’est stipulé dans l’accord de droit syndical de Manpower, avec la présence renforcée d’un représentant du personnel qui supervisera.